Actualité
 

Lettre d’information – 3 octobre 2013

Publié dans : Actualité

 
 
  La lettre des élu-e-s Front de Gauche

Parti communiste français – Gauche
Unitaire – Alternative Citoyenne

Conseil régional d’Île-de-France
3 octobre 2013
 
 
Sommaire
 
 
     
 

Édito
Gabriel Massou – Président du groupe
 
  Cette dernière séance du Conseil régional avant la fin de l’année scolaire a vu l’adoption de plusieurs rapports importants : plan d’investissement exceptionnel dans les transports pour 2013-2017, plans d’actions pour la lutte contre les discriminations et l’égalité femmes-hommes

Face à une droite agressive et obsédée par la chasse à la dépense publique, le Front de gauche a été très présent, avec de nombreux amendements pour enrichir les politiques régionales.

Nous avons aussi souhaité à l’occasion de cette séance interpeler sur des sujets qui nous semblent majeurs : la situation des lycéen-ne-s sans-papiers, le projet de « métropole de Paris » ou le budget 2014.

 
Métropole de Paris
Pour construire une métropole fédératrice, ne pas sacrifier le processus intercommunal
 
 
      Le groupe a présenté à cette séance un vœu relatif à la Métropole de Paris. Pour Gabriel Massou, président du groupe, « la parole de notre institution, à quelques jours de l’examen au Sénat du projet de loi sur les métropoles, est indispensable. Nous pensons nécessaire d’affirmer que pour notre région, la condition de la réussite des évolutions institutionnelles passe par l’appui sur ceux qui dans les territoires travaillent, construisent, coopèrent pour trouver des réponses nouvelles ».

Ce vœu est donc centré sur deux questions : doter la mission de préfiguration de moyens et de pouvoirs nécessaires pour consulter, associer largement et construire une vision partagée, qui est un gage de réussite ; et faire évoluer le texte pour que la nouvelle structure métropolitaine aille de pair avec le développement du processus intercommunal.

Pour Gabriel Massou, « ce vœu s’inscrit dans la continuité des réflexions et des pratiques régionales. L’échelle de l’intercommunalité est pertinente : elle ne peut être rayée d’un trait de plumes par la loi pour être remplacée par un établissement public de coopératif intercommunal regroupant Paris et les communes des trois départements de petite couronne ».

Le vœu a été adopté par l’Assemblée régionale avec 133 pour (Front de gauche PCF-GU-AC, Europe Écologie-Les Verts, UDI, UMP) et 75 contre (PS, PRG, MUP, Front de gauche PG & Alternatifs).

Voir l’intervention de Gabriel Massou et le texte du vœu adopté (en PDF).

 
Lycées
Pour l’égalité et la réussite de tou-te-s les jeunes francilien-ne-s
 
 
      Au cours de cette séance, Henriette Zoughebi, vice-présidente (Front de gauche) en charge des lycées et des politiques éducatives, a présenté la politique générale de la région en direction des lycées, les nouvelles modalités d’attribution de la dotation générale de fonctionnement des lycées (DGFL) et le projet éducatif régional.

Henriette Zoughebi a présenté les trois chantiers de la période 2013-2014. La Régionconcluera une convention avec les trois rectorats franciliens et le ministère de l’Éducation nationale autour de quatre objectifs prioritaires : lutte contre le décrochage scolaire ; développement des « internats de la réussite » ; déploiement du numérique éducatif ; promotion de la démocratie lycéenne et de l’égalité fille-garçons.
L’année 2014 marquera aussi le début de la mise en œuvre effective du plan pluriannuel de constructions et de rénovation des lycées.
Enfin, une réflexion globale sur la restauration scolaire sera lancée, avec la généralisation du quotient familial ainsi que l’amélioration de la qualité des repas et le lien avec l’agriculture biologique et de proximité.

Charlotte Blandiot-Faride a souligné les deux priorités du groupe : mettre en œuvre au plus vite le plan de construction et de rénovation, ce qui suppose « des moyens financiers et humains supplémentaires ». L’autre priorité « est de mettre en œuvre la tarification unique au quotient familial. Il y a urgence à réaliser cet engagement : nous savons toutes et tous que certaines familles ne peuvent pas payer la restauration scolaire. »

Côté financement des lycées, la « dotation de solidarité », qui augmente la dotation de fonctionnement pour 165 lycées en fonction de leur part d’élèves issus des catégories socioprofessionnelles modestes et du type d’établissement, est reconduite. Clément Ortega-Peltier a salué cette mesure juste et au service de la réussite de tou-te-s, tout en soulignant les moyens globaux insuffisants dans un contexte où les moyens des collectivités sont en baisse.

Henriette Zoughebi a enfin évoqué les politiques éducatives et culturelles de la Région en direction des lycéen-ne-s : « ces actions viennent en appui, et non en remplacement, des actions menées par l’Éducation nationale. Elles permettent de soutenir les équipes éducatives souvent très engagées, d’encourager les jeunes à construire des projets. Les résultats de plusieurs lycées, scolarisant des lycéen-ne-s de milieux très populaires, illustrent de façon tout à fait encourageante les effets de cette politique : certains augmentent de 5 à 10 points le taux de réussite au baccalauréat ».

François Labroille a salué la mise en cohérence des actions dans un « projet éducatif régional », « avec la double boussole de la nécessaire élévation des qualifications de tous et de l’exigence absolue de lutte contre les inégalités. ». « Nous sommes partisans d’une Région porteuse d’une pensée éducative » : la défense par la Région de la conception d’internats de réussite et de proximité a sans aucun doute contribué à ce qu’ils remplacent les internats d’excellence, « qui décapitaient les lycées populaires dans une vision élitiste et inégalitaire ».

Voir les interventions du groupe.

 
Aide aux entreprises en difficulté
Le Front de gauche obtient des avancées pour les salarié-e-s
 
 
      Le Conseil régional a adopté lors de la séance une série de dispositif d’aides aux entreprises en difficulté. Caroline Bardot a souligné l’importance d’un dispositifcar « derrière ces difficultés, ce sont les situations de milliers de salarié-e-s qui sont en jeu, et avec elles les équilibres sociaux et économiques de nos territoires ».

« Il nous semble également que ce dispositif de prévention et d’accompagnement ne peut trouver toute son efficacité que si les salariés en sont partie prenante. On ne peut imaginer de reprise durable de l’activité sans que les salariés et leurs représentants soient convenablement informés de la situation et soient en mesure d’apporter des propositions alternatives dont on sait qu’elles présentent souvent des issues crédibles ».

Notre groupe a donc fait adopter deux amendements importants à ce texte. Le premier prévoit la création d’un dispositif qui aide les salarié-e-s ou leurs représentant-e-s à avoir recours à un cabinet d’expertise pour proposer des solutions alternatives ou s’assurer de la bonne prise en compte des intérêts des salarié-e-s concerné-e-s.

Le second prévoit la création d’un dispositif d’interpellation par les représentant-e-s du personnel des entreprises bénéficiant des aides, permettant aux élus régionaux d’exercer un contrôle de l’utilisation des aides accordées et de leur impact sur l’emploi et la qualité de vie des salarié-e-s.

Le groupe Front de gauche sera très attentif à la mise en place rapide et effective de ces nouveaux dispositifs importants pour les droits des salarié-e-s.

Voir l’intervention de Caroline Bardot et nos amendements.

 
Audition du directeur général de la BPI
Pour une banque publique d’investissement au service d’une nouvelle ambition industrielle, sociale et écologique
 
  À l’occasion de l’audition du directeur général de la Banque publique d’investissement, Pierre Laurent a plaidé pour une banque publique d’investissement qui ne soit pas un acteur financier classique, mais bien « un instrument utile au nécessaire redressement productif, à la relance et à la mutation de notre tissu industriel, à une nouvelle ambition sociale et écologique ».

« Dès la création de la BPI, nous avons souligné des limites très importantes. Nous sommes favorables à la création d’un pôle public bancaire et financier d’une toute autre ampleur qui serait capable de réorienter l’ensemble de notre système de crédit ». Faiblesse de la dotation, insuffisance du statut… Pour autant, « nous considérons qu’il existe des marges de manœuvre pour faire de la BPI un outil utile ».

Pierre Laurent a donc interrogé le directeur général sur les « critères qui fondent les choix d’investissement de la BPI ». « Est-ce que la BPI va continuer à utiliser les mêmes critères et les mêmes exigences de rentabilité que l’ensemble du système bancaire actuel, qui font à nos yeux partie des causes de la crise actuelle ? Nous pensons que qu’une banque publique proche de l’intérêt général et du territoire doit se préoccuper de financements porteurs d’utilité sociale et écologique et pas seulement de taux de rentabilité financière, qui sont bien souvent incompatibles avec le temps d’un investissement industriel ».

Il a aussi souligné l’exigence du contrôle démocratique : « comment associer dans la durée les élus et les syndicats aux choix d’investissement de la BPI ? Pourquoi ne pas créer des processus qui permettent un rôle actif des salariés et des élus locaux dans le contrôle de l’utilisation des fonds et dans les choix d’investissement ? ».

L’enjeu pour nous est bien « de faire de la BPI un véritable outil au service des populations, qui permette de faire évoluer le rôle du secteur bancaire français vers un pôle financier public coupé des logiques de marché dominé par les exigences de rentabilité ».

Retrouvez l’intervention de Pierre Laurent.

 

 
Vos élu-e-s
 
Gabriel Massou
Président du groupe
 
Sylvie Altman
 
Caroline Bardot
 
Tarek Ben Hiba
 
 
Patrice Bessac
Charlotte Blandiot-Faride
 
Philippe Camo
 
Laurence Cohen
 
Djeneba Keita
François Labroille
 
Pierre Laurent
 
Céline Malaisé
 
Clément Ortega-Pelletier
Francis Parny
 
Henriette Zoughebi
 
Retrouvez l’actualité du groupe sur :

http://www.frontdegauche-pcfguac-idf.org


Groupe Front de Gauche – PCF-GU-AC

Conseil régional d’Île-de-France
57, rue de Babylone
75007 Paris
Tél. : 01 53 85 68 50

Mail : manuel.menal@iledefrance.fr

Site internet : www.frontdegauche-pcfguac-idf.org

 

Je ne souhaite plus recevoir cette lettre : me désinscrire

 
Catégories : Actualité
Tags :