Lettre
 

Lettre d’information – 28 novembre 2013

Publié dans : Actualité, Lettre
 
 
  La lettre des élu-e-s Front de Gauche

Parti communiste français – Gauche unitaire – Alternative citoyenne
Conseil régional d’Île-de-France
28 novembre 2013
 
 
Sommaire
 
 
     

Cette lettre rend compte de la séance plénière du Conseil régional des 21 et 22 novembre 2013. Nous y avons privilégié quelques sujets, mais la totalité des interventions (texte et vidéo) figure sur notre site.

 
Lancement de l’Observatoire régional contre les violences faites aux femmes
Une victoire pour les Franciliennes
 
  Lundi 25 novembre, à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, a été installé l’Observatoire régional contre les violences faites aux femmes.

La création de cet Observatoire, proposition du Front de gauche aux élections régionales de 2010, a été votée à l’initiative des élu-e-s du Front de gauche en décembre 2011.

C’est une grande victoire pour les Franciliennes. Intégré au sein du Centre francilien de ressources pour l’égalité femmes-hommes, le centre Hubertine-Auclert, présidé par Djeneba Keita, conseillère régionale du Front de gauche, il assurera trois missions :

  • Renforcer la connaissance et l’expertise sur les violences faites aux femmes en Île-de-France
  • Mener des actions de sensibilisation contre les violences faites aux femmes
  • Mieux accompagner et protéger les femmes victimes de violence par la mise en réseau des actrices et des acteurs francilien-ne-s luttant contre les violences.

Nous continuerons à nous battre pour que l’observatoire soit doté des moyens nécessaires à ses missions afin d’en faire un outil efficace pour faire reculer les violences faites aux femmes.

Retrouvez notre communiqué.

 
Hausse de la TVA
La Région doit se mobiliser contre la hausse de la TVA
 
 
      Sylvie Altman, pour le groupe, a interpelé le président de la Région sur la hausse de la TVA, de 7 à 10% et de 19,6 à 20%, prévue au 1er janvier 2014.

« La hausse de la TVA est une mesure socialement injuste : elle touchera proportionnellement plus les catégories populaires et servira à financer un crédit d’impôt pour les entreprises inefficace pour l’emploi et sans aucune forme de conditionnalité ».

« La majorité actuelle a pourtant été élue sur une toute autre ambition. Ici même, la majorité régionale a, de nombreuses fois, demandé une grande réforme de la fiscalité locale. Elle s’est opposée à la réforme de 2010 qui privait les Régions de toute autonomie fiscale. Elle s’est opposée à la hausse de la TVA sur les transports publics, sur le logement social, sur la rénovation des logements ».

« Pourtant, le gouvernement et la majorité parlementaire ont confirmé la hausse de la TVA sur les transports. Après le passage de 5,5 à 7 % par la droite, le passage à 10 % représenterait un quasi doublement en deux ans ».

« Cette hausse est socialement injuste et en contradiction avec tous les objectifs portés jusque là par la gauche. Elle impactera bien évidemment les usagers. Les 100 millions de coûts supplémentaires pour le STIF conduiront nécessairement soit à une dégradation considérable de la qualité de service, soit à une hausse d’environ 3 % des tarifs ».

Et de proposer : « Nous sommes, dans la majorité régionale, unanimes à dénoncer cette hausse. Pourquoi ne pas prendre des initiatives fortes de mobilisation pour obtenir à minima le passage du taux de TVA sur les transports collectifs à 5,5% ? L’expression des élu-e-s seul-e-s ne suffit plus. Ne pourrions-nous pas envisager le lancement d’une pétition par le STIF ? »

Voir la question d’actualité (texte et vidéo).

 
Budget 2014
Refuser l’austérité et développer le bouclier social
 
 
      Comme chaque année, la séance de novembre est celle du débat sur les orientations budgétaires pour l’année à venir.

Pour Gabriel Massou, cependant, le budget 2014 sera un budget un peu particulier : « le dernier véritable budget du mandat ; mais aussi le premier avec des recettes entièrement issues des choix de la majorité nationale ».

« C’est peu de dire que les perspectives dressées par le document d’orientations budgétaires traduisent notre déception, et au-delà, nous confortent dans notre appréciation critique de la politique gouvernementale », juge-t-il.

« Nous attendions de la gauche la justice sociale : nous avons l’inverse avec la hausse de la TVA. Nous attendions de la gauche la relance par l’investissement : nous avons l’inverse avec les baisses des dotations aux collectivités. Nous attendions de la gauche le développement du service public : nous avons l’inverse avec les politiques d’austérité ».

Dans ce contexte, « nous apprécions positivement les priorités proposées, qui sont le meilleur des plaidoyers pour une réévaluation des recettes » : haut niveau d’investissement public, priorité à l’emploi et transition écologique et sociale.

« Certains engagements restent cependant en chantier. Je pense à la tarification unique au quotient familial des lycées. Cette mesure était dans notre programme. Sa mise en œuvre dès 2014, pour une part importante des lycées franciliens, sera une véritable mesure de justice sociale. C’est un message fort envoyé aux familles franciliennes, un message fort qui dit que la Région, elle, n’abandonne pas, n’abandonnera jamais le bouclier social, parce qu’il est plus que jamais nécessaire ».

Et de conclure : « Ce sont des mesures de ce type que nous voulons continuer à mettre en œuvre pour les Franciliennes et les Franciliens. Mais, avec la poursuite du recul des dotations de l’État, c’est notre capacité à tenir nos engagements envers les Francilien-ne-s qui risque d’être en cause ».

« Nous ne pouvons plus en rester aux déclarations. Il est temps d’amplifier la bataille ensemble ! Adressons-nous aux Franciliens et aux Franciliennes, demandons leur de s’exprimer, engageons, comme d’autres collectivités, des mobilisations citoyennes. C’est notre mandat, notre responsabilité et nous n’en sortirons que grandis ».

Voir l’intervention de Gabriel Massou.

 
Audition du préfet de police
Un an après, la déception demeure
 
  Céline Malaisé a pour le groupe interpelé le préfet de police de Paris, à l’occasion de son audition annuelle devant l’assemblée régionale.

« Il y a exactement un an, nous vous faisions part des attentes de changement particulièrement fortes en matière de sécurité et de droits et libertés des personnes. Le constat est aujourd’hui très décevant. Aucun acte fort, prenant le contre-pied des politiques mises en œuvre par le gouvernement de droite, n’a été pris par le gouvernement actuel ».

Déception quant aux moyens : « l’arrivée de la gauche au pouvoir ne semble pas s’être accompagnée d’une inversion de tendance en matière d’effectifs. Nous restons persuadés que la mise en place d’un service public de proximité qui s’appuierait sur des commissariats maillant le territoire est la réponse attendue par les Franciliennes et les Franciliens ».

Quant aux lycéen-ne-s sans-papiers, « nous ne cessons, par tous les moyens (parrainages, manifestations, lettres au ministre…) d’interpeller sur la nécessité de changer radicalement de politique. Ces jeunes ont droit à l’éducation et sont une richesse pour notre pays ».

Et d’interpeler également sur la situation des Roms, le tribunal d’exception du Mesnil-Amelot et la répression des mouvements sociaux… Autant de sujets sur lesquels les élu-e-s du Front de gauche continueront à se mobiliser.

Retrouvez l’intervention de Céline Malaisé.

 

 
 
Retrouvez l’actualité du groupe sur :

http://www.frontdegauche-pcfguac-idf.org

 
Catégories : Actualité, Lettre
Tags :